Accueil

 

Le Moyen Âge

Le Moyen Âge (2)

Charlemagne

Le Moyen Âge (476-1453)

La Féodalité

Caratéristiques

La religion au XIIe siècle

Les clercs

L'Église

Les Hommes d'Église

Les Guerriers

Les Paysans

La Chevalerie

Caractéristiques

Caractéristiques (2)

La Courtoisie (2)

La Courtoisie

La littérature

La littérature (2)

Chanson de geste

Chanson de geste (2)

Chanson de Roland

Caractéristiques

Le Roman

Chrétien de Troyes

Chrétien de Troyes (2)

Caractéristiques

Romans (2)

Textes médiévaux célèbres

Romans (4)

Romans (3)

Romans (5)

Poésie

Théâtre

La Renaissance 

Le XVIIe siècle

Le XVIIIe siècle

Le XIXe siècle

Le XXe siècle


Théorie littéraire

Analyses

Blogue

Courriel

© 2000-2018 Josée Larochelle, Edwin Rossbach

Cérémonie de l’adoubement

Les seigneurs se préparent au métier des armes dès leur enfance. Ils sont d'abord pages, valets puis écuyers. Ils aident leur suzerain à s'habiller, entretiennent ses armes, s'occupent des chevaux. En tant qu'auxiliaires, ils portent le lourd écu (bouclier) du chevalier lorsqu'il est au combat.

Vers l'âge de quinze ans, ils sont admis au combat et s'initient aux manœuvres des armées. C'est l'adoubement qui fait du jeune écuyer un véritable chevalier. Il s'agit en fait d'un rite de passage : après avoir reçu ses armes, le nouveau chevalier est frappé soit du plat d'une arme sur l'épaule, soit de la main sur la joue – c'est la colée, symbole de sa résistance.

S'il leur revient de protéger les faibles, de faire la guerre, en temps de paix, ils s'adonnent à la chasse, sport noble, et au tournois. Pour conserver intacte leur ardeur guerrière, les chevaliers se battent « amicalement » entre eux. En fait, ce sont des exercices très sérieux et très violents, véritable école de guerre.