Accueil

 

Le Moyen Âge

La Renaissance 

Le XVIIe siècle

Histoire et civilisation

Le XVIIe siècle (1601-1700)

Histoire et civilisation (2)

Histoire et civilisation (3)

Histoire et civilisation (4)

Histoire et civilisation (5)

Les mœurs du XVIIe siècle

L’honnête homme

L’honnête homme (2)

Le libertinage

Le libertinage (2)

Descartes et la raison

Le Jansénisme

Le Jansénisme2

Pascal et le Jansénisme

Pascal et le Jansénisme (2)

La préciosité

La préciosité (2)

La préciosité (3)

Les Salons littéraires

Les Salons littéraires (2)

Les Salons littéraires (3)

Les Salons littéraires (4)

Les Salons littéraires (5)

Les Peintres des mœurs

La Rochefoucauld

La Bruyère

Le classicisme

Caractéristiques

Le théâtre au XVIIe siècle

Le théâtre au XVIIe siècle (3)

Le théâtre au XVIIe siècle (4)

Le théâtre au XVIIe siècle (2)

La tragédie classique

Les Grands Auteurs

Les Grands Auteurs (2)

La comédie classique

Molière

Molière (2)

Molière (3)

L'art au XVIIe siècle

Georges Dumesnil de la Tour

Nicolas Poussin

Pierre-Paul Rubens

Diego Velázquez

Rembrandt

Johannes Vermeer

La science (Newton)

Le XVIIIe siècle

Le XIXe siècle

Le XXe siècle


Théorie littéraire

Analyses

Blogue

Courriel

© 2000-2018 Josée Larochelle, Edwin Rossbach

Louis XIV, par Rigaud

En plus de contribuer à l’expansion des frontières du royaume le règne du Roi Soleil contribue au rayonnement culturel incontestable de la France. Le mécénat royal contribue à l’essor de la vie artistique et littéraire : par sa protection ou par l’octroi de pensions, le pouvoir encourage les artistes qui lui convient. Molière, par exemple, bénéficiera largement des faveurs du roi. Durant cette période de dirigisme intellectuel, Louis XIV poursuit une politique de création d’académies, destinées à surveiller tous les domaines de l’activité artistique et intellectuelle ; c’est ainsi que sont nées l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1663 et l’Académie des sciences en 1666. En fait, les goûts personnels du roi ont probablement joué un rôle dans l’épanouissement du classicisme français au milieu d’une Europe baroque.