Accueil

 

Le Moyen Âge

La Renaissance 

Le XVIIe siècle

Le XVIIIe siècle

Le XIXe siècle

Le XIXe siècle (1801-1900)

Une politique tourmentée

Napoléon et l'Empire

La Restauration

La Restauration (2)

La Monarchie de Juillet

La Seconde République

Le Second Empire

L'industrialisation

L'instruction

Le colonialisme

L'Afrique

Le Canada

Les États-Unis

Essor littériare

La Troisième République

Mouvements littéraires

Le Romantisme

Origines

Définition

Les principes esthétiques

Le credo romantique

L'inspiration romantique

Les thèmes romantiques

Le héros romantique

Le romantisme aujourd'hui

Chateaubriand

Victor Hugo

Victor Hugo (2)

Théophile Gautier

Théophile Gautier (2)

Lamartine

Musset

Nerval

George Sand

La musique romantique

Chopin

Wagner

Le Réalisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes réalistes

Le réalisme aujourd'hui

Stendhal

Balzac

Flaubert

Guy de Maupassant

Guy de Maupassant (2)

Zola

Le Parnasse

Le Symbolisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes symbolistes

Suites du symbolisme

Baudelaire

Nelligan

Verlaine

Rimbaud

Le Fantastique

Gautier

Maupassant

Poe

Le XXe siècle


Théorie littéraire

Analyses

Blogue

Courriel

© 2000-2017 Josée Larochelle, Edwin Rossbach
Le Canada

Après la conquête britannique de 1760, les Canadiens français se réfugient dans les campagnes, où l’égide de l’Église est à la fois salvatrice et étouffante. Salvatrice, parce que l’idéologie qu’elle promeut à travers les valeurs agricoles et familiales permet aux paysans de conserver, certes, leur religion, mais surtout leur langue. Étouffante, parce que l’emprise sous laquelle elle tient ses fidèles les empêche de progresser au même rythme que celui auquel se fait alors le développement de la colonie britannique. Repliés sur eux-mêmes, les Canadiens français ont peu d’instruction et peu d’ambition. Ils n’ont pas accès aux fonctions importantes de la société, à moins d’abjurer le catholicisme et d’apprendre la langue anglaise. On comprendra aisément, dans un tel contexte, que la littérature y est alors fortement teintée des valeurs religieuses et agraires ancestrales qui semblent nécessaires à la survie du peuple – de sa foi et de sa langue – et que la censure exercée par le clergé, alors en charge de l’éducation, ait contribué non seulement à ce courant québécois qu’on appelle littérature du « terroir », mais aussi à l’apparition d’un Index, livres interdits de lecture – où se retrouvent, entre autres, la plupart des écrits romantiques.