Accueil

 

Le Moyen Âge

La Renaissance 

Le XVIIe siècle

Le XVIIIe siècle

Le XIXe siècle

Le XIXe siècle (1801-1900)

Une politique tourmentée

Napoléon et l'Empire

La Restauration

La Restauration (2)

La Monarchie de Juillet

La Seconde République

Le Second Empire

L'industrialisation

L'instruction

Le colonialisme

L'Afrique

Le Canada

Les États-Unis

Essor littériare

La Troisième République

Mouvements littéraires

Le Romantisme

Origines

Définition

Les principes esthétiques

Le credo romantique

L'inspiration romantique

Les thèmes romantiques

Le héros romantique

Le romantisme aujourd'hui

Chateaubriand

Victor Hugo

Victor Hugo (2)

Théophile Gautier

Théophile Gautier (2)

Lamartine

Musset

Nerval

George Sand

La musique romantique

Chopin

Wagner

Le Réalisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes réalistes

Le réalisme aujourd'hui

Stendhal

Balzac

Flaubert

Guy de Maupassant

Guy de Maupassant (2)

Zola

Le Parnasse

Le Symbolisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes symbolistes

Suites du symbolisme

Baudelaire

Nelligan

Verlaine

Rimbaud

Le Fantastique

Gautier

Maupassant

Poe

Le XXe siècle


Théorie littéraire

Analyses

Blogue

Courriel

© 2000-2014 Josée Larochelle, Edwin Rossbach

Caspar David Friedrich
De nos jours, les termes « romantisme » et « romantique » font immédiatement penser à l’amour avec un grand « A », un peu sensible, voire sirupeux ; ils impliquent souvent fleurs, petits chocolats, Saint-Valentin, sérénades, gondoles, ou autres attentions qui non seulement brisent la routine du couple, mais sont les marques d’un amour indéfectible. La plupart des jeunes filles en rêvent, la plupart des hommes s’y plient de plus ou moins bonne grâce pour toutes sortes de raisons. Mais romantisme n’a pas toujours eu le sens de fleur bleue.
Au XIXe siècle, le romantisme, c’est avant tout une révolte. Révolte contre l’anonymat auquel soumettent une histoire tyrannique et une urbanisation effrénée. Révolte contre un monde de plus en plus matérialiste, où la bourgeoisie, de plus en plus riche et de plus en plus puissante, impose un conformisme désespérant en définissant ce que doivent être le bon goût et les bonnes mœurs. Révolte contre un avenir qui ne promet plus rien et contre l’ennui, le dégoût qu’on sent en soi. Révolte contre le rationalisme qui brime les sentiments. Révolte, enfin, contre le siècle tout entier.