Accueil

 

Le Moyen Âge

La Renaissance 

Le XVIIe siècle

Le XVIIIe siècle

Le XIXe siècle

Le XIXe siècle (1801-1900)

Une politique tourmentée

Napoléon et l'Empire

La Restauration

La Restauration (2)

La Monarchie de Juillet

La Seconde République

Le Second Empire

L'industrialisation

L'instruction

Le colonialisme

L'Afrique

Le Canada

Les États-Unis

Essor littériare

La Troisième République

Mouvements littéraires

Le Romantisme

Origines

Définition

Les principes esthétiques

Le credo romantique

L'inspiration romantique

Les thèmes romantiques

Le héros romantique

Le romantisme aujourd'hui

Chateaubriand

Victor Hugo

Victor Hugo (2)

Théophile Gautier

Théophile Gautier (2)

Lamartine

Musset

Nerval

George Sand

La musique romantique

Chopin

Wagner

Le Réalisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes réalistes

Le réalisme aujourd'hui

Stendhal

Balzac

Flaubert

Guy de Maupassant

Guy de Maupassant (2)

Zola

Le Parnasse

Le Symbolisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes symbolistes

Suites du symbolisme

Baudelaire

Nelligan

Verlaine

Rimbaud

Le Fantastique

Gautier

Maupassant

Poe

Le XXe siècle


Théorie littéraire

Analyses

Blogue

Courriel

© 2000-2017 Josée Larochelle, Edwin Rossbach
Les origines du romantisme nous montrent qu’il est une réaction, parfois violente, à la rigidité classique. Cette réaction, on l’a vu, passe par une sensibilité exacerbée, qui s’est exprimée dans les thèmes abordés par les écrivains, de même que dans la forme même de leurs écrits.
Dans les premières années du romantisme, on voit se profiler une nouvelle querelle des Anciens et des Modernes. Les Anciens, c’est-à-dire les défenseurs du classicisme, les « perruques », contrôlent les théâtres, les maisons d’édition, l’art en général et la littérature en particulier, le bon goût, quoi. Ils affirment que les romantiques sont des auteurs dangereux, qui corrompent la jeunesse et les femmes, et sans talent. Ils leur reprochent leur mise colorée et la barbe qu’ils portent, symbole de leur révolte. Leurs principes esthétiques sont totalement opposés :

Les classiques

  • Vérité universelle
  • Type
  • Respect des règles
  • Distinction des genres
  • Raison
  • Mesure
  • Bienséance

    Les romantiques

  • Vérité personnelle
  • Individu
  • Refus des règles
  • Mélange des genres
  • Émotions
  • Démesure
  • Provocation

    En 1830, à la première d’Hernani, pièce de Victor Hugo, romantiques et tenants de l’esthétique classique s’affrontent, allant jusqu’à la violence physique. La jeunesse l’emporte : la victoire du romantisme est alors consacrée.
    C’est l’énergie des jeunes romantiques, combinée à des circonstances politiques – le monde change – qui a permis au mouvement de triompher. Sous la Restauration, et sous la monarchie de Juillet, le pouvoir royal s’affaiblit continuellement, ce qui laisse de plus en plus de place à la bourgeoisie et à ce qu’on appelait autrefois le Tiers-État. La vie politique est maintenant ouverte à tous. De plus, constatant le vide laissé par la « disparition » de l’Église, les romantiques, qui se voient comme des élus ou des prophètes (Victor Hugo en particulier), viennent s’installer avec pour mission d’aider le peuple. En effet, Hugo voit le poète comme un guide qui doit mener l’homme à la vérité et se sent lui-même investi d’une mission humanitaire et religieuse, « Car le Mot, c’est le Verbe, et le Verbe, c’est Dieu » (Les Contemplations, « Suite »). Leur engagement politique est guidé par leur aspiration à un monde meilleur – les romantiques veulent donner un sens à la condition humaine. Ils veulent créer une société où régneraient la liberté et la fraternité. Ainsi, à la libération de l’art succède la libération de l’homme.


    Textes :

    La légende du gilet rouge