Accueil

 

Le Moyen Âge

La Renaissance 

Le XVIIe siècle

Le XVIIIe siècle

Le XIXe siècle

Le XIXe siècle (1801-1900)

Une politique tourmentée

Napoléon et l'Empire

La Restauration

La Restauration (2)

La Monarchie de Juillet

La Seconde République

Le Second Empire

L'industrialisation

L'instruction

Le colonialisme

L'Afrique

Le Canada

Les États-Unis

Essor littériare

La Troisième République

Mouvements littéraires

Le Romantisme

Origines

Définition

Les principes esthétiques

Le credo romantique

L'inspiration romantique

Les thèmes romantiques

Le héros romantique

Le romantisme aujourd'hui

Chateaubriand

Victor Hugo

Victor Hugo (2)

Théophile Gautier

Théophile Gautier (2)

Lamartine

Musset

Nerval

George Sand

La musique romantique

Chopin

Wagner

Le Réalisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes réalistes

Le réalisme aujourd'hui

Stendhal

Balzac

Flaubert

Guy de Maupassant

Guy de Maupassant (2)

Zola

Le Parnasse

Le Symbolisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes symbolistes

Suites du symbolisme

Baudelaire

Nelligan

Verlaine

Rimbaud

Le Fantastique

Gautier

Maupassant

Poe

Le XXe siècle


Théorie littéraire

Analyses

Blogue

Courriel

© 2000-2017 Josée Larochelle, Edwin Rossbach
Si le terme « romantique » a aujourd’hui perdu sa force pour ne plus renvoyer qu’à une sentimentalité délicate, proche de la sensiblerie, le mouvement romantique, quant à lui, semble avoir changé notre imaginaire à tout jamais. En effet, force est de constater que nous avons une admiration pour le héros tourmenté, qui se bat seul contre le monde, qui fait face à des obstacles insurmontables mais qui sort victorieux des épreuves – un héros romantique, quoi ! Même le jeune Harry Potter est un héros romantique : il triomphe toujours du mal en ne comptant que sur ses propres moyens et, en vieillissant, est de plus en plus tourmenté (mais l’adolescence elle-même n’est-elle pas un mouvement tout à fait romantique ?). Les superhéros des bandes dessinées aussi sont, jusqu’à un certain point, des héros romantiques – qu’on pense à Batman ou à Daredevil, qui ressemblent beaucoup à l’idée que Chateaubriand se fait de lui-même et rappellent en même temps Jean Valjean (personnage principal des Misérables de Victor Hugo), qui essayent d’être justes mais qui sont toujours déchirés par leur désir de vengeance ; qu’on pense à Hulk, qui reprend le Jekyll et Hyde de Robert Louis Stevenson, etc. Et que dire d’Indiana Jones et de la saga Star Wars ? Force est de constater aussi que les romans du XIXe siècle sont plus souvent qu’autrement adaptés en grands films épiques au cinéma américain, de Walt Disney à Jerry Bruckheimer – Le Bossu de Notre-Dame (Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo), Les Trois Mousquetaires (toutes les versions sont plus ou moins fidèles au roman d’Alexandre Dumas), L’Homme au masque de fer (encore Dumas), Le Comte de Monte-Cristo (toujours Dumas), Robin des bois, prince des voleurs (devinez qui ? Dumas !), Pirates des Caraïbes et la Planète au trésor (L’Île au trésor, de Robert-Louis Stevenson), pour ne nommer que ceux-là.