Accueil

 

Le Moyen Âge

La Renaissance 

Le XVIIe siècle

Le XVIIIe siècle

Le XIXe siècle

Le XIXe siècle (1801-1900)

Une politique tourmentée

Napoléon et l'Empire

La Restauration

La Restauration (2)

La Monarchie de Juillet

La Seconde République

Le Second Empire

L'industrialisation

L'instruction

Le colonialisme

L'Afrique

Le Canada

Les États-Unis

Essor littériare

La Troisième République

Mouvements littéraires

Le Romantisme

Origines

Définition

Les principes esthétiques

Le credo romantique

L'inspiration romantique

Les thèmes romantiques

Le héros romantique

Le romantisme aujourd'hui

Chateaubriand

Victor Hugo

Victor Hugo (2)

Théophile Gautier

Théophile Gautier (2)

Lamartine

Musset

Nerval

George Sand

La musique romantique

Chopin

Wagner

Le Réalisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes réalistes

Le réalisme aujourd'hui

Stendhal

Balzac

Flaubert

Guy de Maupassant

Guy de Maupassant (2)

Zola

Le Parnasse

Le Symbolisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes symbolistes

Suites du symbolisme

Baudelaire

Nelligan

Verlaine

Rimbaud

Le Fantastique

Gautier

Maupassant

Poe

Le XXe siècle


Théorie littéraire

Analyses

Blogue

Courriel

© 2000-2017 Josée Larochelle, Edwin Rossbach

Déjeuner sur l’herbe,
Edouard Manet (1863, Musée d’Orsay)

Tous les auteurs s’entendent pour dire que plusieurs facteurs principaux sont en cause dans la naissance de ce nouveau courant littéraire.

D’abord et avant tout, le réalisme est une réaction contre le mouvement romantique. En effet, les abus de lyrisme du romantisme dont se sont moqués certains romantiques eux-mêmes (Alfred de Musset, par exemple) semblent dépassés et agacent maintenant plus qu’ils ne touchent.

D’une façon non moins importante, il faut noter aussi que les changements sociaux et économiques amenés par le Second Empire ont des répercussions importantes dans la société et, partant, dans l’art et la littérature. En effet, la mécanisation accrue permet maintenant de produire plus et à meilleur marché. L’industrie se développe, en même temps que les infrastructures. C’est, en fait, le début de la société de consommation moderne. D’ailleurs, c’est à cette époque que les premiers grands magasins – les magasins à rayons – ouvrent leurs portes, sonnant le glas du petit commerce (c’est le sujet du roman Au bonheur des dames, d’Émile Zola). Le système bancaire aussi est en plein essor. Cette révolution industrielle amène l’accélération de l’ascension sociale de la bourgeoisie aisée, et des fortunes considérables s’édifient. La tendance au matérialisme se généralise dans la société.

Enfin, la place grandissante que prend la science au détriment de la littérature dans la seconde moitié du XIXe siècle ne peut être passée sous silence. Le positivisme se répand dans la société. Le positivisme est une doctrine philosophique et scientifique selon laquelle le monde n’est connaissable que par l’expérience, l’expérimentation. Le matérialisme grandissant a entraîné un scepticisme assez généralisé.