Accueil

 

Le Moyen Âge

La Renaissance 

Le XVIIe siècle

Le XVIIIe siècle

Le XIXe siècle

Le XIXe siècle (1801-1900)

Une politique tourmentée

Napoléon et l'Empire

La Restauration

La Restauration (2)

La Monarchie de Juillet

La Seconde République

Le Second Empire

L'industrialisation

L'instruction

Le colonialisme

L'Afrique

Le Canada

Les États-Unis

Essor littériare

La Troisième République

Mouvements littéraires

Le Romantisme

Origines

Définition

Les principes esthétiques

Le credo romantique

L'inspiration romantique

Les thèmes romantiques

Le héros romantique

Le romantisme aujourd'hui

Chateaubriand

Victor Hugo

Victor Hugo (2)

Théophile Gautier

Théophile Gautier (2)

Lamartine

Musset

Nerval

George Sand

La musique romantique

Chopin

Wagner

Le Réalisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes réalistes

Le réalisme aujourd'hui

Stendhal

Balzac

Flaubert

Guy de Maupassant

Guy de Maupassant (2)

Zola

Le Parnasse

Le Symbolisme

Origines

Définition

Qu'est-ce qui a changé?

Les thèmes symbolistes

Suites du symbolisme

Baudelaire

Nelligan

Verlaine

Rimbaud

Le Fantastique

Gautier

Maupassant

Poe

Le XXe siècle


Théorie littéraire

Analyses

Blogue

Courriel

© 2000-2017 Josée Larochelle, Edwin Rossbach
Maupassant acquiert rapidement une fulgurante célébrité et s’enrichit de ses nombreuses publications, lues dans toute l’Europe – on dit que sa fortune est la plus considérable des écrivains de l’époque. En plus du travail acharné sur ses écrits, il fait de nombreuses croisières en Méditerranée sur son voilier personnel, visitant l’Angleterre, l’Italie et l’Afrique du Nord (Au soleil, 1884 ; Sur l’eau, 1888). Sa vie est aussi faite de mondanités : il fréquente la haute société malgré son désir de solitude, son amour de la chasse et du canotage, et mène une vie sentimentale agitée – les récits de ses exploits virils abondent en effet.

Mais ce bon vivant, sportif et débordant de sensuelle vitalité, compagnon recherché, est progressivement assombri par des troubles nerveux – suites d’une syphilis contractée à 27 ans – et la hantise de la mort. En fait, dès 1876, il souffre d’atroces migraines (qu’il soigne à l’éther) qui ne feront que s’aggraver sous l’effet d’une vie plutôt dissolue. La maladie suivant son cours, elle ira jusqu’à paralyser l’un de ses yeux et à provoquer chez lui des hallucinations. La vérole le martyrisera jusqu’en 1892, année où il tente de se suicider et sombre définitivement dans la folie. Il est alors interné pendant un an et demi. Il meurt à Paris le 6 juillet 1893, après un an d’agonie, des ravages de la syphilis, maladie considérée à l’époque comme bénéfique, donnant à l’homme une nouvelle vigueur, dont on se vantait même (et dont sont morts tant de grands hommes de la littérature, de Flaubert à Baudelaire en passant par Daudet, sans parler du grand philosophe Nietzsche).

La tombe de Maupassant se trouve au cimetière Montparnasse, à Paris.


Sources :
BURY, M., article « Guy de Maupassant » dans le Dictionnaire universel des littératures, sous la direction de Béatrice Didier, Paris, PUF, 1994.
CALAIS, Étienne, et René DOUCET, Précis de littérature par genre et par siècle, Paris, Magnard, 1996
Julaud, Jean-Joseph, La Littérature française pour les nuls, Paris, Éditions générales First, 2005
MASSON, Nicole, Panorama de la littérature française, Paris, Éditions d’Organisation, 2007
Le Petit Robert 2. Dictionnaire de culture générale (1993)