Retour au site Histoire de la littérature française des origines à nos jours.
La chanson de Roland
56
Le jour s’en va et la nuit est tombée.
Charles dort, le puissant empereur.
Il rêva qu’il était dans le grand défilé de Cize
et qu’entre ses poings il tenait sa lance de frêne.
Le comte Ganelon la lui a arrachée,
il l’a si violemment brandie et secouée
que vers le ciel en volent les éclats.
Charles dort tant qu’il ne se réveille pas.
57
À ce rêve succéda une autre vision.
Il était en France, dans sa chapelle, à Aix.
Au bras droit un féroce verrat le mordit.
Du côté de l’Ardenne il vit venir un léopard
qui violemment s’attaqua à son corps même.
Du fond de la salle un vautre dévala
qui courut à Charles au galop et par bonds.
En premier au verrat il trancha l’oreille droite
et livra un combat furieux au léopard.
Les Français disent que c’est une grande bataille,
mais ils ne savent pas lequel la gagnera.
Charles dort tant qu’il ne se réveille pas.
[...]
64
Le comte Roland est monté sur son destrier.
Vers lui s’avance son compagnon Olivier  ;
Gérin y vient, et le vaillant comte Gérier,
et aussi Othon et Bérenger,
et aussi Astor et le vieil Anséis,
et le farouche Gérard de Roussillon  ;
y est venu le puissant duc Gaifier.
L’archevêque dit  : « J’irai, par ma tête !
– Et moi avec vous, dit le comte Gautier  ;
je suis l’homme de Roland, je ne dois pas lui manquer. »
À eux tous ils choisissent vingt mille chevaliers.
[...]
68
Charlemagne ne peut s’empêcher de pleurer.
Cent mille Français sur lui s’attendrissent,
et pour Roland ils redoutent le pire.
Le perfide Ganelon l’a trahi  :
du roi païen il a reçu de riches dons,
or et argent, draps de soie et brocarts,
mulets, chevaux et chameaux et lions.
Marsile convoque les barons d’Espagne,
les comtes, vicomtes, ducs et almaçours,
les émirs et les fils des comtors.
Il en rassemble quatre cent mille en trois jours.
Dans Saragosse il fait battre tambour.
On dresse Mahomet sur la plus haute tour,
il n’est pas de païen qui ne le prie et adore.
Puis ils chevauchent à marches forcées
par la Terre Certaine, par vaux et par monts.
De ceux de France ils virent les étendards.
L’arrière garde des douze compagnons
ne manquera pas d’engager la bataille.
[...]
78
De l’autre côté voici Chernuble de Munigre,
dont jusqu’à terre flottent les cheveux.
Il porte en se jouant un fardeau plus lourd
que quatre mulets, quand ils sont chargés.
Au pays, dit il, dont il est le seigneur,
le soleil ne luit pas, le blé ne peut pousser,
la pluie ne tombe pas, la rosée ne se pose pas  ;
il n’y a pas de pierre qui ne soit toute noire.
Certains disent que les diables y demeurent.
Chernuble dit : « J’ai ceint ma bonne épée.
À Roncevaux, je la teindrai en rouge.
Si je trouve sur mon chemin le vaillant Roland
sans que je l’attaque, je ne mérite plus d’être cru.
Je conquerrai Durendal de mon épée.
Les Français mourront, la France en sera déserte. »
À ces mots les douze pairs s’assemblent
et emmènent avec eux cent mille Sarrasins
qui brûlent de combattre et se hâtent :
ils vont s’armer à l’abri d’une sapinière.
79
Les païens s’arment de cuirasses sarrasines
dont la plupart sont à triple épaisseur.
Ils lacent leurs solides casques de Saragosse
et ceignent des épées d’acier viennois.
Ils portent de beaux boucliers, des épieux de Valence
et des étendards blancs, bleus et vermeils.
Ils laissent les mulets et tous les palefrois,
ils montent sur les destriers et chevauchent en rangs serrés.
Clair était le jour et beau le soleil :
il n’est pas d’armure qui toute ne flamboie.
Mille clairons sonnent pour que ce soit plus beau.
Le bruit est grand : les Français l’entendirent.
Olivier dit : « Seigneur et compagnon, je crois
que nous aurons à combattre les Sarrasins. »
Roland répond : « Que Dieu donc nous l’accorde !
Nous devons bien rester ici pour notre roi :
pour son seigneur le vassal doit souffrir la détresse
et endurer les grandes chaleurs et les grands froids,
et il doit perdre et du cuir et du poil.
Que chacun veille à frapper de grands coups
pour qu’on ne chante pas sur nous de funeste chanson !
Les païens sont dans leur tort, les chrétiens dans leur droit.
Mauvais exemple ne viendra jamais de moi. »
[...]
83
Olivier dit : « Les païens viennent en force,
et nos Français, il me semble qu’ils sont bien peu.
Roland, mon compagnon, sonnez donc votre cor :
Charles l’entendra et l’armée reviendra. »
Roland répond : « ce serait une folie !
En douce France j’en perdrais ma gloire.
Aussitôt, de Durendal, je frapperai de grands coups ;
sa lame en saignera jusqu’à la garde d’or.
Les païens félons ont eu tort de venir aux cols :
je vous le jure, tous sont condamnés à mort. »
84
« Roland mon compagnon, l’olifant, sonnez le donc !
Charles l’entendra, il fera retourner l’armée,
le roi nous secourra avec tous ses barons. »
Roland répond : « Ne plaise à Notre Seigneur
que mes parents, par ma faute, soient blâmés
et que la douce France soit déshonorée !
Mais je frapperai tant et plus de Durendal,
ma bonne épée que j’ai ceinte au côté.
Vous en verrez la lame tout ensanglantée.
Les païens félons ont eu tort de se rassembler :
je vous le jure, tous sont livrés à la mort.
85
– Roland mon compagnon, sonnez votre olifant :
Charles l’entendra, lui qui passe les cols.
Je vous le jure, oui, les Francs reviendront.
– Ne plaise à Dieu, lui répond Roland,
qu’il soit jamais dit par personne au monde
que pour un païen je sonne du cor !
Jamais on ne le reprochera à mes parents !
Quand je serai au fort de la bataille
et que je frapperai des coups par milliers,
de Durendal vous verrez l’acier sanglant.
Les Français sont braves, ils frapperont en vrais vassaux ;
jamais ceux d’Espagne n’éviteront la mort. »
86
Olivier dit : « À cela je ne vois aucun blâme.
Moi, j’ai vu les Sarrasins d’Espagne :
les vallées et les montagnes en sont couvertes,
et les collines et toutes les plaines.
Grandes sont les armées de ce peuple étranger,
et nous n’avons qu’une bien petite troupe. »
Roland répond : « Mon ardeur en redouble.
Ne plaise à Dieu ni à ses anges
que jamais, par ma faute, la France perde son honneur !
Je préfère mourir que subir la honte.
C’est pour nos coups que l’empereur nous aime. »
87
Roland est vaillant et Olivier est sage :
tous deux sont de merveilleux vassaux.
Une fois sur leurs chevaux et en armes,
jamais, dussent ils mourir, ils n’esquiveront la bataille.
Les comtes sont braves et leurs paroles fières.
Les païens félons, furieusement, chevauchent.
Olivier dit : « Roland, en voici quelques uns !
Ceux ci sont près de nous, mais Charles est trop loin.
Votre olifant, vous n’avez pas daigné le sonner.
Le roi présent, nous n’aurions pas de pertes.
Regardez là haut, vers les cols d’Espagne.
Vous pouvez le voir : l’arrière garde est à plaindre.
Qui en est aujourd’hui ne sera d’aucune autre. »
Roland répond : « Ne dites pas ces folies !
Maudit le cœur qui dans la poitrine prend peur !
Nous tiendrons ferme ici sur place :
nous porterons les coups et ferons la mêlée. »
88
Quand Roland voit qu’il y aura bataille,
il devient plus féroce que lion ou léopard.
Il appelle les Français et dit à Olivier :
« Seigneur, mon compagnon, mon ami, ne parlez plus ainsi !
L’empereur, qui nous a laissé les Français,
en a choisi vingt mille qui sont tels
à son avis que pas un n’est un lâche.
Pour son seigneur on doit subir de grands maux,
endurer de grands froids et de fortes chaleurs,
on doit perdre de son sang et de sa chair.
Frappe de ta lance et moi de Durendal,
ma bonne épée que le roi me donna.
Si je meurs, celui qui l’aura pourra dire
que ce fut l’épée d’un noble vassal. »
89
D’un autre côté se trouve l’archevêque Turpin.
Il éperonne son cheval et monte une colline.
Il s’adresse aux Français et leur tient un sermon :
« Seigneurs barons, Charles nous a laissés ici.
Pour notre roi nous devons bien mourir.
Aidez le à défendre la chrétienté !
Vous aurez à vous battre, vous en êtes sûrs et certains,
car de vos yeux vous voyez les Sarrasins.
Battez votre coulpe, demandez pardon à Dieu !
Je vous absoudrai pour sauver vos âmes.
Si vous mourez, vous serez de saints martyrs,
vous aurez des sièges au plus haut paradis. »
Les Français mettent pied à terre et se prosternent,
et l’archevêque, au nom de Dieu, les bénit ;
comme pénitence, il leur ordonne de frapper.
[...]
93
Le neveu de Marsile, qui se nomme Aelroth,
chevauche le tout premier devant l’armée.
À nos Français il lance des injures :
« Félons de Français, aujourd’hui vous vous battrez avec les nôtres.
Il vous a trahis, celui qui devait vous garder.
Fou est le roi qui vous laissa aux cols.
En ce jour, la douce France perdra sa gloire
et Charlemagne le bras droit de son corps. »
Quand Roland l’entend, Dieu ! quelle est sa douleur !
Il éperonne son cheval, le laisse courir à toute bride,
et le comte va frapper l’autre de toutes ses forces.
Il brise son bouclier, déchire sa cuirasse,
il lui ouvre la poitrine, lui rompt les os
et lui fend en deux toute l’échine ;
de son épieu il lui arrache l’âme ;
il enfonce le fer et fait chanceler son corps ;
de la longueur de sa lance il l’abat mort de son cheval ;
en deux moitiés il lui a brisé le cou.
Il ne manquera pas, dit il, de lui parler :
« Fieffé coquin, Charles n’est pas fou,
et jamais il n’a toléré la trahison.
Il agit en brave en nous laissant aux cols.
Aujourd’hui, la douce France ne perdra pas sa gloire.
Frappez, Français ; le premier coup est pour nous !
Nous avons pour nous le droit, et ces canailles ont tort. »
94
Il y a là un duc, nommé Falsaron.
C’était le frère du roi Marsile ;
il tenait la terre de Dathan et d’Abiron.
Sous le ciel il n’est traître plus endurci.
Entre les deux yeux il avait le front si large
qu’on pouvait y mesurer un bon demi pied.
La douleur l’accable, à voir son neveu mort.
Il sort de la foule, s’expose aux coups
et pousse le cri de guerre des païens.
Envers les Français il est fort insolent :
« Aujourd’hui, la douce France perdra son honneur. »
À l’entendre, Olivier devient furieux.
Il pique son cheval de ses éperons dorés
et va le frapper en vrai baron.
Il brise son bouclier et fend sa cuirasse ;
dans le corps il lui enfonce les pans du gonfanon,
de la longueur de sa lance il l’abat des arçons, mort.
Il regarde à terre et voit étendue la canaille ;
il l’a vivement apostrophée :
« De vos menaces, misérable, je me moque.
Frappez, Français, car notre victoire sera complète ! »
Il crie « Monjoie » : c’est le cri de guerre de Charles.
[...]
104
La bataille fait rage et devient générale.
Le comte Roland ne fuit pas le danger.
Il frappe de l’épieu tant que résiste la hampe ;
après quinze coups il l’a brisée et détruite
Il dégaine Durendal, sa bonne épée,
il éperonne son cheval et va frapper Chernuble,
il lui brise le casque où brillent des escarboucles,
lui tranche la tête et la chevelure,
lui tranche les yeux et le visage,
et la cuirasse blanche aux fines mailles,
et tout le corps jusqu’à l’enfourchure.
À travers la selle plaquée d’or,
l’épée atteint le corps du cheval,
lui tranche l’échine sans chercher la jointure,
et il l’abat raide mort dans le pré sur l’herbe drue.
Puis il lui dit : « Canaille, pour votre malheur vous êtes venu ici !
De Mahomet vous n’aurez jamais d’aide.
Un truand comme vous ne gagnera pas aujourd’hui la bataille. »
[...]
106
Et Olivier chevauche parmi la mêlée
de sa lance brisée, il n’a plus qu’un tronçon.
Il va frapper un païen, Malsaron,
lui brise son bouclier couvert d’or et de fleurs,
lui fait de la tête sauter les deux yeux
et la cervelle lui tombe jusqu’aux pieds.
Il l’abat mort avec sept cents des leurs.
Puis il a tué Turgis et Esturgot.
Sa lance se brise et se fend jusqu’aux poings.
Roland lui dit : « Compagnon, que faites vous ?
Dans une telle bataille, je ne veux pas d’un bâton ;
le fer et l’acier doivent prévaloir.
Où est donc votre épée qui se nomme Hauteclaire ?
La poignée en est d’or, le pommeau de cristal.
– Je n’ai pu la tirer, lui répond Olivier,
car, à frapper, j’avais tant de besogne ! »
107
Sire Olivier a tiré sa bonne épée
que son compagnon Roland lui a tant demandée,
et il l’a brandie en vrai chevalier.
Il frappe un païen, Justin de Valferrée,
il lui partage en deux toute la tête,
il lui tranche le corps et la brogne safrée,
la bonne selle aux gemmes serties d’or,
et du cheval il a tranché l’échine.
Il les abat morts devant lui dans le pré.
Roland lui dit : « Je vous reconnais, frère.
Pour de tels coups l’empereur nous aime. »
De toutes parts, on a crié « Monjoie ».
[...]
110
La bataille est merveilleuse et pénible.
Olivier et Roland frappent à tour de bras,
l’archevêque rend plus de mille coups,
les douze pairs ne perdent pas leur temps,
et les Français frappent tous ensemble.
Les païens meurent par centaines et milliers :
qui ne fuit pas, contre la mort n’a pas de recours ;
bon gré mal gré, il y laisse sa vie.
Les Français perdent leurs meilleurs défenseurs ;
ils ne reverront pas leurs pères ni leurs parents,
ni Charlemagne qui aux cols les attend.
En France se déchaîne une prodigieuse tourmente,
des orages de tonnerre et de vent,
de pluie et de grêle, hors de toute mesure ;
la foudre tombe à coups redoublés
dans le fracas d’un tremblement de terre :
de Saint Michel du Péril jusqu’à Xanten,
de Besançon jusqu’au port de Wissant,
il n’est pas de maison dont un mur ne se fende
En plein midi règnent de sombres ténèbres :
il n’y a de clarté que si le ciel se fend.
Personne ne le voit sans être épouvanté.
Plusieurs disent : « C’est la consommation des siècles,
la fin du monde à quoi nous assistons. »
Ils ne savent pas, ils ne disent rien de vrai :
c’est le grand deuil pour la mort de Roland.
111
Les Français ont frappé avec cœur et force.
Les païens sont morts par milliers, en masse :
de cent milliers il n’est pas deux survivants.
L’archevêque dit : « Nos hommes sont très braves ;
sous le ciel il n’est personne qui en ait de meilleurs.
Il est écrit dans l’Histoire des Francs
que notre empereur eut de bons vassaux. »
Ils vont par le champ et recherchent les leurs.
Ils versent des larmes de douleur et de tendresse
sur leurs parents, du fond du cœur, avec amour.
Le roi Marsile, avec sa grande armée, surgit contre eux.
[...]
113
Marsile voit le massacre de ses gens :
il fait sonner ses cors et ses trompettes,
puis il chevauche au milieu de sa grande armée.
En avant chevauche un Sarrasin, Abîme,
le plus félon de toute sa compagnie.
Il est chargé de vices et de crimes affreux ;
il ne croit pas en Dieu, le fils de sainte Marie.
Il est aussi noir que la poix fondue,
et aime mieux la trahison et le meurtre
que tout l’or de la Galice.
Jamais personne ne l’a vu jouer ni rire.
C’est un bon vassal plein de témérité :
c’est pourquoi il est cher au félon roi Marsile.
Il porte son dragon auquel se rallient ses gens.
L’archevêque ne l’aimera jamais.
Dès qu’il le voit, il désire le frapper.
Tout bas, il se dit à lui même :
« Ce Sarrasin me semble fort hérétique :
le mieux, de beaucoup, c’est que j’aille le tuer.
Jamais je n’ai aimé couard ni couardise. »
[...]
117
Le comte Roland appelle Olivier :
« Sire compagnon, voilà qu’est mort Angelier ;
nous n’avions pas de plus valeureux chevalier. »
Le comte répond : « Que Dieu me donne de le venger ! »
Il pique son cheval de ses éperons d’or pur,
il tient Hauteclaire dont l’acier est sanglant.
De toute sa force il va frapper le païen,
assène son coup, et le Sarrasin tombe :
son âme est emportée par les démons.
Puis il a tué le duc Alphaïen,
tranché la tête à Escababi,
désarçonné sept Arabes :
ceux là ne sont plus bons à faire la guerre.
Roland dit : « Mon compagnon est en colère !
Autant que moi il mérite des éloges.
Pour de tels coups Charles nous aime davantage. »
À haute voix il crie : « Frappez, chevaliers ! »
[...]
119
Le comte Roland, quand il voit Samson mort,
vous pouvez penser qu’il en éprouve une grande douleur.
Il éperonne son cheval et fonce à toute allure.
Il tient Durendal qui vaut plus que l’or pur ;
il va, notre baron, le frapper tant qu’il peut
sur son casque aux pierres serties dans l’or :
il lui tranche la tête, la brogne et le corps
et la bonne selle aux pierres serties dans l’or,
et du cheval il fend profondément le dos.
Il les tue tous les deux, peu importe qu’on le blâme ou le loue
Les païens disent : « C’est pour nous un rude coup. »
Roland répond : « Je ne puis aimer les vôtres :
de votre côté sont l’orgueil et le tort. »
[...]
127
Le comte Roland appelle Olivier :
« Seigneur compagnon, convenez en,
l’archevêque est très bon chevalier.
Il n’en est de meilleur sur terre ni sous le ciel ;
il sait bien frapper de la lance et de l’épieu. »
Le comte répond : « Allons donc l’aider ! »
À ces mots, les Francs ont repris le combat.
Durs sont les coups et rude la mêlée.
Quelle détresse parmi les chrétiens !
Si vous aviez vu Roland et Olivier
de leurs épées frapper et tailler en pièces !
L’archevêque y frappe de son épieu.
Ceux qu’ils ont tués, on peut en fixer le nombre,
qui est écrit dans les chartes et les documents,
selon la Geste, à plus de quatre mille.
Aux quatre premiers assauts, les Francs l’ont emporté ;
le cinquième fut pour eux pénible et rude.
Ils sont tous tués, les chevaliers français,
sauf soixante que Dieu a épargnés :
avant qu’ils ne meurent, ils se vendront très cher.
[...]
129
Roland dit : « Je sonnerai l’olifant,
et Charles l’entendra, qui passe les cols.
Je vous le jure, les Français reviendront. »
Olivier dit : « Le déshonneur serait grand
et l’opprobre pour tous nos parents ;
cette honte durerait toute leur vie.
Quand je vous l’ai dit, vous n’en avez rien fait ;
vous ne le ferez pas maintenant avec mon accord.
Si vous sonnez du cor, ce ne sera pas d’un brave :
vous avez déjà les deux bras sanglants ! »
Le comte répond : « Des coups, j’en ai donné de bien beaux ! »
130
Roland lui dit : « Rude est notre bataille !
Je sonnerai du cor, et le roi Charles l’entendra. »
Olivier dit : « Ce ne serait pas d’un bon vassal !
Quand je vous l’ai dit, compagnon, vous l’avez dédaigné.
Le roi présent, nous n’aurions pas eu de perte.
Ceux qui sont là bas ne méritent aucun blâme. »
Olivier dit : « Par ma barbe que voici,
si je puis revoir ma noble sœur Aude,
vous ne coucherez jamais entre ses bras. »
131
Roland lui dit : « Pourquoi vous emporter contre moi ? »
Olivier de répondre : « Compagnon, vous l’avez mérité,
car vaillance sensée n’est pas folie.
Mieux vaut mesure que témérité.
Les Francs sont morts par votre légèreté.
Jamais plus nous ne servirons Charles.
Si vous m’aviez cru, mon seigneur serait revenu,
et cette bataille, nous l’aurions remportée ;
le roi Marsile aurait été pris ou tué.
Votre prouesse, nous l’avons vue, Roland, pour notre malheur !
Charlemagne ne recevra plus notre aide.
Jamais il n’existera un tel homme jusqu’au Jugement dernier
Vous allez mourir, et la France en sera déshonorée.
Aujourd’hui s’achève notre loyale amitié :
avant ce soir, avec douleur nous nous séparerons. »
[...]
134
Le comte Roland, à pénibles et rudes efforts,
à grande douleur sonne son olifant.
Par la bouche jaillit le sang clair,
de son cerveau la tempe se rompt.
Du cor qu’il tient le son porte au loin :
Charles l’entend, qui passe les cols.
Naimes le perçoit, les Français l’écoutent.
Le roi dit : « J’entends le cor de Roland.
Il ne le sonnerait pas, s’il ne livrait bataille. »
Ganelon répond : « Il n’a pas de bataille.
Oui, vous étes vieux et votre tête est blanche ;
par de tels propos vous ressemblez à un enfant.
Vous connaissez bien le grand orgueil de Roland.
Il est étonnant que Dieu le supporte tant.
Déjà il a pris Noples sans que vous l’ordonniez.
Les Sarrasins de la ville sortirent
et combattirent le bon vassal Roland,
qui avec les eaux lava les prés du sang
afin qu’il n’en restât pas de traces.
Pour un seul lièvre il sonne tout un jour du cor.
Devant ses pairs, à cette heure il s’amuse.
Sous le ciel il n’est personne qui ose le provoquer.
Chevauchez donc ! Pourquoi vous arrêter ?
La Terre des Aïeux est encore loin devant nous. »
[...]
155
Turpin de Reims, quand il se sent abattu
et frappé au corps de quatre épieux,
rapidement, le baron se redresse ;
il regarde Roland, puis court vers lui
et lui dit simplement : « Je ne suis pas vaincu.
Jamais bon vassal, tant qu’il vit, ne se rendra. »
Il tire Almace, son épée d’acier brun ;
au fort de la mêlée, il frappe mille coups et plus.
Charles dit plus tard qu’il n’en épargna aucun :
il en trouva autour de lui bien quatre cents,
les uns blessés, les autres transpercés,
d’autres enfin avaient la tête tranchée.
C’est ce que dit l’Histoire, et celui qui fut présent à la bataille,
le noble saint Gilles par qui Dieu fait des miracles,
et qui en fit la charte au monastère de Laon.
Si on l’ignore, on n’a rien compris à l’affaire.
[...]
162
Roland s’en retourne et va tout seul par le champ ;
il cherche par les vallées, il cherche par les monts.
Là il trouva Gérin et Gérier son compagnon,
et il trouva Bérenger et Othon ;
là il trouva Anseïs et Samson,
il trouva le vieux Gérard de Roussillon.
Un par un, il les a pris, le baron,
il est venu avec jusqu’à l’archevêque
et les a mis en rang devant ses genoux.
L’archevêque ne peut se retenir de pleurer.
Il lève sa main, donne sa bénédiction
et dit ensuite : « Quel malheur est le vôtre, seigneurs !
Vos âmes, que le Dieu de gloire les reçoive toutes !
Qu’en paradis il les mette parmi les saintes fleurs !
Ma propre mort me remplit d’angoisse.
Jamais plus je ne verrai le puissant ernpereur. »
[...]
171
Roland sent qu’il a perdu la vue,
il se redresse et fait tous ses efforts.
Son visage a perdu sa couleur.
Devant lui il y a une roche grise.
Il y frappe dix coups, de chagrin et de dépit.
L’acier grince, mais il ne se brise ni ne s’ébrèche.
« Ah ! dit le comte, sainte Marie, aide moi !
Ah ! Durendal, ma bonne épée, quel malheur pour vous !
Puisque je suis perdu, de vous je perds la charge.
Combien de batailles par vous j’ai remportées,
combien j’ai conquis de terres immenses,
que tient Charles, dont la barbe est chenue !
Ne soyez pas à quelqu’un qui fuit devant un autre !
Un valeureux vassal vous a longtemps tenue ;
jamais il n’en sera de pareille à vous dans la sainte France. »
172
Roland frappe sur le bloc de sardoine.
L’acier grince, mais il ne se brise ni ne s’ébrèche.
Quand il voit qu’il ne peut la rompre,
en lui même il commence à la plaindre :
« Ah ! Durendal, comme tu es belle, claire, éclatante !
Comme au soleil tu brilles et flamboies !
Charles était dans les vallées de Maurienne
quand Dieu, du ciel, lui fit savoir par son ange
qu’il te donnât à un comte capitaine :
alors il me la ceignit, le noble roi, le grand.
Avec toi je lui conquis l’Anjou et la Bretagne,
et lui conquis le Poitou et le Maine ;
avec toi je lui conquis la libre Normandie,
et lui conquis la Provence et l’Aquitaine
et la Lombardie et toute la Romagne ;
avec toi je lui conquis la Bavière et les Flandres
et la Bourgogne et toute la Pologne,
Constantinople dont il recut l’hommage ;
et sur la Saxe il règne en maître.
Avec toi je lui conquis l’Écosse et l’Irlande
et l’Angleterre qu’il appelait son domaine ;
avec toi je lui conquis tant et tant de pays
que tient Charles dont la barbe est blanche.
Pour cette épée j’éprouve douleur et peine.
Mieux vaut mourir que la laisser aux païens !
Dieu ! Père, ne laissez pas déshonorer la France ! »
173
Roland frappe sur une pierre grise.
Il en abat plus que je ne sais vous dire.
L’épée grince, mais elle ne se rompt ni ne se brise.
Vers le ciel elle a rebondi.
Quand le comte voit qu’il ne la brisera pas,
tout doucement il la plaint en lui même :
« Ah ! Durendal, comme tu es belle et très sainte !
Dans ton pommeau d’or, il y a bien des reliques,
une dent de saint Pierre et du sang de saint Basile
et des cheveux de monseigneur saint Denis,
et du vêtement de sainte Marie.
Il n’est pas juste que des païens te possèdent :
c’est par des chrétiens que tu dois être servie.
Ne soyez pas à un homme capable de couardise !
J’aurai par vous conquis tant de terres immenses
que tient Charles dont la barbe est fleurie !
Et l’empereur en est puissant et riche. »
[...]
176
Le comte Roland est étendu sous un pin.
Vers l’Espagne il a tourné son visage.
De bien des choses le souvenir lui revient,
de tant de terres que le baron a conquises,
de la douce France, des hommes de son lignage,
de Charlemagne, son seigneur, qui l’a formé.
Il ne peut s’empêcher de pleurer et de soupirer.
Mais il ne veut pas s’oublier lui même.
Il bat sa coulpe et demande pardon à Dieu :
« Père véritable qui jamais ne mentis,
toi qui ressuscitas saint Lazare
et qui sauvas Daniel des lions,
sauve mon âme de tous les périls
pour les péchés qu’en ma vie j’ai commis ! »
Il a offert à Dieu son gant droit,
saint Gabriel de sa main l’a pris.
Sur son bras il tenait sa tête inclinée ;
les mains jointes, il est allé à sa fin.
Dieu envoya son ange Chérubin
et saint Michel du Péril ;
et avec eux vint saint Gabriel.
Ils emportent l’âme du comte en paradis.
177
Roland est mort, Dieu a son âme dans les cieux ;
l’empereur parvient à Roncevaux.
Il n’y a ni route ni sentier,
ni espace vide, ni aune ni pied de terre
où ne soit couché un Français ou un païen.
Charles s’écrie : « Où êtes vous, cher neveu ?
Où est l’archevêque, et le comte Olivier ?
Où est Gérin, et son compagnon Gérier ?
Où est Othon, et le comte Bérenger,
Yves et Yvoire, que j’aimais tant ?
Qu’est devenu le Gascon Angelier ;
le duc Samson et le baron Anséis ?
Où est Gérard de Roussillon, le Vieux,
et les douze pairs que j’avais laissés ? »
Mais à quoi bon, puisque personne ne répondit ?
« Dieu, dit le roi, combien je peux m’affliger
de ne pas avoir été au début de la bataille ! »
Il tire sa barbe en homme désespéré ;
ses barons chevaliers versent des larmes ;
contre terre vingt mille s’évanouissent.
Le duc Naimes en éprouve une grande pitié.
[...]
179
L’empereur fait sonner ses clairons,
puis il chevauche, le valeureux, avec sa grande armée.
De ceux d’Espagne ils ont retrouvé les traces
et ils les poursuivent tous d’une même ardeur.
Quand le roi voit tomber le soir,
sur l’herbe verte en un pré il descend,
il se couche à terre et prie Notre Seigneur
qu’il fasse pour lui arrêter le soleil,
qu’il retarde la nuit et prolonge le jour.
Voici venir à lui un ange qui a coutume de lui parler,
et qui aussitôt lui a ordonné :
« Charles, chevauche, car la clarté ne te manque pas.
Tu as perdu la fleur de France, Dieu le sait.
Tu peux te venger de la race criminelle. »
À ces mots, l’empereur est monté à cheval.
180
Pour Charlemagne Dieu fit un très grand miracle,
car le soleil est resté immobile.
Les païens fuient, les Francs les poursuivent vivement.
Ils les rattrapent dans le Val Ténebreux.
Vers Saragosse ils les pourchassent à force d’éperons,
à coups redoublés ils les massacrent,
ils leur coupent les routes et les chemins les plus larges.
Et voici devant eux le cours de l’Èbre,
très profond, effrayant et rapide.
Il n’y a là ni canot, ni bateau, ni chaland.
Les païens implorent un de leurs dieux, Tervagant,
puis sautent dans l’eau, mais personne pour les protéger.
Les soldats en armes sont les plus pesants ;
ils coulent à pic en grand nombre ;
les autres flottent à la dérive,
les plus favorisés ont bu tant d’eau
que tous se noient dans d’atroces souffrance.
Les Français s’écrient : « Quel malheur pour vous, Roland ! »