Retour au site Histoire de la littérature française des origines à nos jours.
Tristan et Yseult (extraits)
« Ne sai que l’amur ait valu,
S’aider ne me volt a salu.
Kaherdin, ne vus sai preier
Avant d’icest que vus requert :
Faites al melz que vus poez,
E Brengvein mult me saluez.
Mustrez li le mal que jo ai :
Se D'un’en pense, jo murrai ;
Ne puz vivre lungement
A la dolur, al mal que sent.
Pensez, cumpaing, del espleiter
E de tost a moi repeirer,
Car se plus tost ne revenez,
Sachez ja mais ne me verrez.
Quarante jurs aiez respit ;
E se ço faites que jo ai dit,
Que Ysolt se venge ove vus,
Gardez nuls nel sache fors nus.
Celez l’en vers vostre serur,
Que suspeçiun n’ait de l’amur :
Pur mire la ferez tenir,
Venue est ma plai guarir.
Vus en merrez ma bele nef,
Porterez i duble tref :
L’un est blanc e le altre neir ;
Se vus Ysolt poez aver,
Qu’ele venge ma plai garir,
Del blanc siglez al revenir ;
E se vus Ysolt n’amenez,
Del neir sigle idunc siglez.
Ne vus sai, amis, plus que dire ;
Deux vus conduie, nostre sir,
E sain e salf il vus remaint ! »
[...]
Tristans en est dolez e las,
Sovent se plaint, sovent suspire
Pur Ysolt que tant desire,
Plure des oils sun cors detuert,
A poi que del desir ne muert.
En cel anguisse, en cel ennui
Vent sa femme ysolt devant lui.
Purpensee de grant engin,
Dit : « Amis, or vent Kaherdin.
Sa nef ai veüe en la mer,
A grant peine l’ai veu sigler ;
Nequedent jo l’ai si veüe
Que pur la sue l’ai coneüe.
Deus duinst que tel novele aport
Dunt vus al quer aiez confort ! »
Tristan tresalt de la novele,
Dit a Ysolt : « Amie bele,
Savez pur veir que c’est sa nef ?
Or me dites quel est le tref. »
Ço dit Ysolt : « Jol sai pur veir.
Sachez que le sigle est tut neir.
Trait l’unt amunt e levé halt
Pur ço que li venz lur falt. »
Dunt a Tristan si grant dolur
Unques n’out, ne avrad maür,
E turne sei vers la parei,
Dunc dit : « Deus salt Ysolt e mei !
Quant a moi ne volez venir,
Pur vostre amur m’estuet murrir.
Jo ne puis plus tenir ma vie ;
Pur vus muer, Ysolt, bele amie.
N’avez pitié de ma langur,
Mais de ma mort avrez dolur.
Ço m’est, amie, grant confort
Que pité avrez de ma mort. »
« Amie Ysolt » treis feiz dit,
A la quarte rent l’espirit.
Idunc plurent par la maisun
Li chevaler, li compaingnun.
Li criz est halt, la pleinte grant.
Saillient chevaler e serjant
E portent li hors de sun lit,
Puis le cuchent sur un samit,
Covrent le d’un palie roié.
Li venz est en la mer levé
E fert sei en mi liu del tref,
A terre fait venir la nef.
Ysolt est de la nef issue,
Ot les granz plaintes en la rue,
Les seinz as musters, as chapeles ;
Demande as humes quels noveles,
Pur quei il funt tel soneïz,
E de quei seit li plureïz.
Uns ancïens dunc li dit :
« Bele dame, si Deu m’aït,
Nus avum issi grant dolur
Que unques genz n’orent maür.
Tristran, li pruz, li francs, est mort :
A tut ceus del rengne ert confort.
Larges estoit as bosungnus,
E grant aïe as dolerus.
D’une plaie que sun cors ut
En sun lit ore endreit murut.
Unques si grant chaitivesun
N’avint a ceste regiun. »
Tresque Ysolt la novele ot,
De dolur ne puet suner un mot.
De sa mort ert si adolee
La rue vait desafublee
Devant les altres el palès.
Bretun ne virent unques mes
Femme de la sue bealté :
Mervellent sei par la cité
Dunt ele vent, ki ele seit.
Ysolt vait la ou le cors veit,
Si se turne vers orïent,
Pur lui prie pitusement :
« Amis, Tristran, quant mort vus vei,
Par raisun vivre puis ne dei.
Mort estes pur la meie amur,
E jo muer, amis, de tendrur,
Quant a tens ne poi venir
Pur vos et vostre mal guarir
Amis, amis, pur vostre mort
N’avrai jamais de rien confort,
Joie, ne hait, ne nul deduit.
Icil orages seit destruit
Que tant me fist, amis, en mer,
Que n’i poi venir, demurer !
Se jo fuisse a tens venue,
Vie vos oüse, amis, rendue,
E parlé dulcement a vos
De l’amur qu’ad esté entre nos ;
Plainte oüse la mei aventure,
Nostre joie, nostre emveisure,
La paine e la grant dolur
Qu’ad esté en nostre amur,
E oüse iço recordé
E vos baisié e acolé.
Se jo ne poisse vos guarir,
Qu’ensemble poissum dunc murrir !
Quant a tens venir n’i poi
E jo l’aventure n’oi,
E venue sui a la mort,
De meisme le beivre avrai confort.
Pur mei avez perdu la vie,
E jo frai cum veraie amie :
Pur vus voil murir ensement. »
Embrace le, si se estent,
Baise la buche e la face
E molt estreit a li l’enbrace,
Cors a cors, buche a buche estent,
Sun espirit a itant rent,
E murt dejuste lui issi
Pur la dolur de sun ami.
Tristrans murut pur sue amur,
E la bele Ysolt par tendrur.
Tumas fine ci sun escrit :
A tuz amanz saluz i dit,
As pensis e as amerus,
As emvius, as desirus,
As enveisiez e as purvers,
(A tuz cels) ki orunt ces vers.
(S)i dit n’ai a tuz lor voleir,
(Le) milz ai dit a mun poeir,
(E dit ai) tute la verur,
(Si cum) jo pramis al primur.
E diz e vers i ai retrait :
Pur essample issi ai fait
Pur l’estorie embelir,
Que as amanz deive plaisir,
E que par lieus poissent troveir
Choses u se puissent recorder :
Aveir em poissent grant confort,
Encuntre change, encontre tort,
Encuntre paine, encuntre dolur,
Encuntre tuiz engins d’amur !
« Je ne sais pas ce que vaut notre amour si elle ne veut pas contribuer à mon salut. Kaherdin, je me borne à vous adresser cette prière : faites de votre mieux et saluez Brangien de ma part ! Exposez-lui le mal qui m’accable ! Si Dieu ne fait rien, je mourrai. Je ne peux plus vivre très longtemps, à en juger par la douleur et le mal que je ressens. Compagnon, dépêchez-vous de partir et revenez bien vite car si vous n’êtes pas bientôt de retour, sachez que vous ne me verrez plus jamais ! Vous avez quarante jours devant vous. Si vous faites ce que je vous ai dit, si Yseut revient avec vous, veillez à ce que personne ne le sache, à l’exception de nous. Dissimulez la chose à votre sœur afin qu’elle n’ait aucun soupçon sur mon amour. Vous ferez passer Yseut la Blonde pour un médecin qui est venu guérir ma plaie. Vous prendrez mon propre navire et emporterez deux voiles : l’une blanche, l’autre noire. Si vous pouvez atteindre Yseut et obtenir qu’elle vienne guérir ma plaie, hissez la voile blanche pour le retour, et si vous ne ramenez pas Yseut, hissez la voile noire. Je ne peux rien vous dire de plus. Que Dieu, Notre Seigneur, vous conduise à bon port et qu’il vous ramène sain et sauf ! »
[...]
Las d’attendre, Tristan sombre dans l’affliction. Souvent il se plaint, souvent il soupire après Yseut qu’il désire tant. Il pleure, il se tord de désespoir. Son désir est sur le point de le faire mourir. Alors qu’il se trouvait dans cette angoisse et ce tourment, sa femme Yseut se présenta devant lui. Elle avait médité un terrible plan : « Ami, lui dit-elle, voici qu’arrive Kaherdin. J’ai aperçu son navire sur la mer. Il naviguait à grand-peine. Néanmoins, je l’ai bien vu et parfaitement reconnu. Que Dieu lui accorde de vous apporter une nouvelle qui puisse vous réconforter le cœur ! » Tristan tressaille à cette nouvelle. Il dit à Yseut : « Belle amie, êtes-vous certaine que c’est son navire ? Dites-moi alors de quelle couleur est la voile ! » Yseut répond : « Je suis parfaitement sûre que c’est son navire. Sachez que la voile est toute noire. Elle est hissée bien haut parce que le vent fait défaut. » Alors Tristan ressentit une douleur telle qu’il n’en eut et n’en aura jamais de plus vive. Il se tourna vers le mur et dit : « Que Dieu nous sauve, Yseut et moi ! Puisque vous ne voulez pas venir à moi, il me faudra mourir à cause de mon amour pour vous. Je ne peux plus retenir ma vie. C’est pour vous, Yseut ma belle amie, que je meurs. Vous n’avez pas eu pitié de ma langueur mais ma mort vous causera de la douleur. Amie, c’est pour moi une grande consolation de savoir que vous aurez pitié de ma mort. » Il répéta trois fois : « Amie Yseut ! » À la quatrième, il rendit l’esprit. Alors, dans toute la maison, ses chevaliers et compagnons se mettent à pleurer. Leurs cris retentissent très fort ainsi que leurs grandes plaintes. Chevaliers et hommes d’armes accourent pour tirer le corps du lit et le coucher sur un samit. Ils le recouvrent d’un tissu de soie rayé. Sur la mer, le vent s’est levé et frappe le creux de la voile. Il permet au navire d’atteindre le rivage. Yseut quitte le bateau. Elle entend les lamentations dans la rue, les cloches des églises et des chapelles. Elle demande des nouvelles aux gens : pourquoi ces sonneries de cloches ? pourquoi ces pleurs ? Un homme âgé lui répond : « Belle dame, que le ciel me protège, nous sommes plongés dans une immense douleur. Nous n’en avons jamais connu une aussi grande. Le preux, le noble Tristan est mort. Il était le réconfort de tous les habitants du royaume : généreux envers les nécessiteux, secourable envers les affligés. Il est mort dans son lit d’une plaie qu’il a reçue. Jamais un tel malheur n’est arrivé dans ce royaume. » Lorsqu’elle entendit cette nouvelle, Yseut resta muette de douleur. La mort de Tristan la fit tant souffrir qu’elle parcourait les rues avec ses vêtements défaits. Elle entra avant tout le monde au palais. Jamais encore les Bretons ne virent une femme d’une telle beauté. Dans la cité, tout le monde se demandait d’où elle venait et qui elle était. Yseut se rend près du corps, elle se tourne vers l’orient et, saisie de pitié, prie pour Tristan : « Ami, en vous voyant mort, je ne peux ni ne dois souhaiter vivre. Vous êtes mort par amour pour moi et je meurs de tendresse pour vous, mon ami, parce que je n’ai pu arriver à temps pour vous guérir et vous soulager de votre mal. Rien ne pourra jamais plus me consoler ni me réjouir, aucun plaisir, aucune réjouissance. Maudit soit cet orage qui m’immobilisa sur la mer et qui m’empêcha d’arriver ! Si j’étais venue à temps, ami, je vous aurais rendu la vie et je vous aurais parlé tendrement de notre amour. J’aurais plaint mon aventure, notre joie, nos plaisirs, la peine et la grande douleur que nous valut notre amour. Je vous aurais rappelé tout cela en vous baisant et en vous embrassant. Puisque je n’ai pu vous guérir, puissions-nous au moins mourir ensemble ! Puisque je n’ai pu arriver à temps ni déjouer le sort, puisque je suis arrivée après votre mort, je me consolerai en buvant le même breuvage que vous. Vous avez perdu la vie à cause de moi. Je me comporterai donc en véritable amie : je veux mourir pour vous de la même manière. » Elle le sert dans ses bras et s’étend à côté de lui. Elle lui baise la bouche, le visage et le tient étroitement enlacé. Elle s’étend, corps contre corps, bouche contre bouche, et rend l’âme. Elle meurt ainsi à côté de lui pour la douleur causée par sa mort. Tristan mourut par amour pour elle et la belle Yseut par tendresse pour lui. Thomas achève ici son histoire. Il adresse son salut à tous les amants, aux pensifs et aux amoureux, à ceux qui ressentent l’envie et le désir d’aimer, aux voluptueux et même aux pervers, à tous ceux qui entendront ces vers. Tout le monde n’a peut-être pas eu son compte, mais j’ai fait du mieux que j’ai pu et j’ai dit toute la vérité, comme je l’avais promis au début. J’ai rassemblé des contes et des vers. J’ai agi ainsi pour offrir un modèle et pour embellir l’histoire afin qu’elle puisse plaire aux amants et afin qu’ils puissent, en certains endroits, se souvenir d’eux-mêmes. Puissent-ils y trouver une consolation envers l’insconstance, envers le tort, envers la peine, envers la douleur, envers tous les pièges de l’amour !